Serge Gainsboug

 

Voici les paroles de quelques-unes de ses chansons:

La chanson de Prévert, La Javanaise, Les sucettes, Je suis venu te dire que je m'en vais,

Elisa, Dieu est un fumeur de havanes.

 

 

La chanson de Prévert

Oh je voudrais tant que tu te souviennes
Cette chanson était la tienne
C'était ta préférée
Je crois
Qu'elle est de Prévert et
Kosma

Et chaque fois les feuilles mortes
Te rappellent à mon souvenir
Jour après jour
Les amours mortes
N'en finissent pas de mourir

Avec d'autres bien sûr je m'abandonne
Mais leur chanson est monotone
Et peu à peu je m'indiffère
A cela il n'est rien
A faire

Car chaque fois les feuilles mortes
Te rappellent à mon souvenir
Jour après jour
Les amours mortes
N'en finissent pas de mourir

Peut-on jamais savoir par où commence
Et quand finit l'indifférence
Passe l'automne vienne
L'hiver
Et que la chanson de
Prévert

Cette chanson Les Feuilles Mortes
S'efface de mon souvenir
Et ce jour là
Mes amours mortes
En auront fini de mourir

 

 

La javanaise

 

J'avoue
J'en ai
Bavé
Pas vous
Mon amour
Avant d'avoir
Eu vent
De vous
Mon amour

Ne vous déplaise
En dansant la javanaise
Nous nous aimions
Le temps d'une chanson

A votre
Avis
Qu'avons
Nous vu
De l'amour
De vous
A moi
Vous m'a-
vez eu
Mon amour

Ne vous déplaise
En dansant la javanaise
Nous nous aimions
Le temps d'une chanson

Hélas
Avril
En vain
Me voue
A l'amour
J'avais
Envie
De voir
En vous
Cet amour

Ne vous déplaise
En dansant la javanaise
Nous nous aimions
Le temps d'une chanson

La vie
Ne vaut
D'être
Vécue
Sans amour
Mais c'est
Vous qui
L'avez
Voulu
Mon amour

Ne vous déplaise
En dansant la javanaise
Nous nous aimions
Le temps d'une chanson

 

 

Les sucettes

 

Annie aime les sucettes
Les sucett's à l'anis
Les sucett's à l'anis
D'Annie
Donn'nt à ses baisers
Un goût ani-
Sé lorsque le sucre d'orge
Parfumé à l'anis
Coule dans la gorge d'Annie
Elle est au paradis

Pour quelques pennies
Annie
A ses sucettes à
L'anis
Ell's ont la couleur de ses grands yeux
La couleur des jours heureux

Annie aime les sucettes
Les sucett's à l'anis
Les sucett's à l'anis
D'Annie
Donn'nt à ses baisers
Un goût ani-
Sé quand ell' n'a sur sa langue
Que le petit bâton
Elle prend ses jambes à son corps
Et retourne au drugstore

Pour quelques pennies
Annie
A ses sucettes à
L'anis
Ell's ont la couleur de ses grands yeux
La couleur des jours heureux

Lorsque le sucre d'orge
Parfumé à l'anis
Coule dans la gorge d'Annie
Elle est au paradis

 

 

Je suis venu te dire

que je m'en vais

 

Je suis venu te dire que je m'en vais
Et tes larmes n'y pourront rien changer
Comme dit si bien Verlaine au vent mauvais
Je suis venu te dire que je m'en vais
Tu t'souviens des jours anciens et tu pleures
Tu suffoques, tu blémis à présent qu'a sonné l'heure
Des adieux à jamais (ouais)
Je suis au regret de te dire que je m'en vais
Je t'aimais, oui, mais

Je suis venu te dire que je m'en vais
Tes sanglots longs n'y pourront rien changer
Comme dit si bien Verlaine au vent mauvais
Je suis venu te dire que je m'en vais
Tu t'souviens des jours heureux et tu pleures
Tu suffoques, tu gémis à présent qu'a sonné l'heure
Des adieux à jamais (ouais)
Je suis au regret de te dire que je m'en vais
Car tu m'en a trop fait

Je suis venu te dire que je m'en vais
Et tes larmes n'y pourront rien changer
Comme dit si bien Verlaine au vent mauvais
Je suis venu te dire que je m'en vais
Tu t'souviens des jours anciens et tu pleures
Tu suffoques, tu blémis à présent qu'a sonné l'heure
Des adieux à jamais (ouais)
Je suis au regret de te dire que je m'en vais
Je t'aimais, oui, mais

Je suis venu te dire que je m'en vais
Tes sanglots longs n'y pourront rien changer
Comme dit si bien Verlaine au vent mauvais
Je suis venu te dire que je m'en vais
Tu t'souviens des jours heureux et tu pleures
Tu suffoques, tu gémis à présent qu'a sonné l'heure
Des adieux à jamais (ouais)
Je suis au regret de te dire que je m'en vais
Car tu m'en a trop fait

 

 

Elisa

 

Elisa, Elisa, Elisa
Saute-moi au cou
Elisa, Elisa, Elisa
Cherche-moi des poux,
Enfonce bien tes ongles
Et tes doigts délicats
Dans la jungle
De mes cheveux
Lisa

Elisa, Elisa, Elisa
Saute-moi au cou
Elisa, Elisa, Elisa
Cherche-moi des poux,
Fais-moi quelques anglaises
Et la raie au milieu
On a treize
Quatorze ans
A nous deux

Elisa, Elisa, Elisa
Les aut's on s'en fout,
Elisa, Elisa, Elisa
Rien que toi, moi, nous
Tes vingt ans, mes quarante
Si tu crois que cela
Me tourmente
A non vraiment
Lisa

Elisa, Elisa, Elisa
Saute-moi au cou
Elisa, Elisa, Elisa
Cherche-moi des poux,
Enfonce bien tes ongles
Et tes doigts délicats
Dans la jungle
De mes cheveux
Lisa

 

 

Dieu est un fumeur

de havanes

 

Dieu est un fumeur de havanes
Je vois ses nuages gris
Je sais qu'il fume même la nuit
Comme moi ma chérie

Tu n'est qu'un fumeur de gitanes
Je vois tes volutes bleus
Me faire parfois venir les larmes aux yeux
Tu es mon maître après Dieu

Dieu est un fumeur de havanes
C'est lui-même qui m'a dit
Que la fumée envoie au paradis
Je le sais ma chérie

Tu n'es qu'un fumeur de gitanes
Sans elles tu es malheureux
Au clair de la lune ouvre les yeux
Pour l'amour de Dieu

Dieu est un fumeur de havanes
Tout près de toi loin de lui
J'aimerais te garder toute ma vie
Comprends moi ma chérie

Tu n'es qu'un fumeur de gitanes
Et la dernière je veux
La voir briller au fond de tes yeux
Aime-moi nom de Dieu

Dieu est un fumeur de havanes
Tout près de toi loin de lui
J'aimerais te garder toute ma vie
Comprends moi ma chérie

Tu n'es qu'un fumeur de gitanes
Et la dernière je veux
La voir briller au fond de tes yeux
Aime-moi nom de Dieu

 

Quelques photos de Serge Gainsbourg (à droite, sa première femme, Jane Birkin):

 

 

Retour à la page principale